Sinoncologie - SFI - 肿瘤病

Médecine Chinoise - Cancérologie Chinoise - Textes Classiques.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mais qui était donc CHEN XIU YUAN ???

Aller en bas 
AuteurMessage
sebmtc
Admin
avatar

Nombre de messages : 120
Age : 43
Localisation : Annecy
Emploi : Médecine Chinoise
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Mais qui était donc CHEN XIU YUAN ???   Jeu 2 Nov - 19:35:04

Puisque nous sommes en train de traduire un texte du Maître Chen Xiu Yuan 陈修园, il est légitime de se demander qui il était vraiment !
Je vous avoue que j'ai un gros faible pour ce Maître I love you , car il fait partie de l'école du Milieu qui prônait de ne pas favoriser une seule méthode, mais de toute les éborder de manière à les utiliser au bon moment chez la bonne personne...
Leung Kokyuan disait qu'il fallait commencer par étudier ses ouvrages en premier pour se former une bonne base et devenir un bon médecin.
Christophe confirme (démens moi si je me trompe Smile ) et c'est d'ailleurs grâce à lui que je l'ai découvert ! Merci Christophe, tu m'as une fois de plus montré la voix...

Alors qui est ce Chen Xiu Yuan ??Je vais tâcher d'illustrer la réponse en mettant des passages traduit d'éditeur chinois, ou de proche à lui. Ces passages figurent en avant propos de ses ouvrages.
Je ne les ai pas traduits moi-même car ils sont en un chinois assez compliqué, même pour un vrai chinois !!

Chén Xiū yuán, son vrai prénom est Nianzu, né à Changle, province de Fujian. Il vécut pendant la dynastie Qing quand les empereurs Qianlong, Daoguang, Jiaqing régnaient sur la Chine (environ 1753-1823). Il était cultivé, avait une bonne connaissance des théories médicales. Il était non seulement un médecin qui avait beaucoup d’expérience clinique, mais était aussi un grand écrivain dans le domaine de la MTC.
Chén Xiū yuán consacra sa vie pour développer et transmettre la MTC comme un précieux patrimoine. Il approfondit les anciens livres médicaux de différents styles, et prit les points forts des autres auteurs, ajouta ses points de vue issus de son expérience professionnelle, ainsi il créa sa théorie personnelle de la MTC. Ce qui est remarquable chez lui, c’est qu’il ne cessa de propager la MTC alors que les autres ne cessaient de la vulgariser, sa devise est "expliquer les théories complexes avec des mots simples, rendre beaucoup de détails en clair", il utilise des mots simples et facile a comprendre pour expliquer les conceptions très complexes. Il expliqua les conceptions médicales les plus dures avec les mots plus simples pour faciliter l’apprentissage des successeurs.
Chén Xiū yuán écrit de nombreux ouvrages, voici les 16 qui sont affirmés aujourd’hui : « Shen Nong Ben Cao Jing Du » (Lire le Livre Canonique sur les Plantes de Shen Nong), « Shi Fang Ge Kuo » (Poèmes des prescriptions), « Shi Fang Miao Yong » (Application Stratagème des prescriptions), « Yi Xue San Zi Jing » (Classique de l’étude médicale en 3 caractères) , « Yi Xue Shi Zai Yi » (L’étude médicale facile), « Yi Xue Cong Zong Lu » (L’étude médicale selon nombreuses inscriptions), « Shang Han Lun Qian Zhu » (Commentaires de Shang Han Lun), « Jin Kui Yao Lue Qian Zhu » (Commentaires du Jin Kui Yao Lue), « Shang Han Zhen Fang Ge Kuo » (Poèmes des véritables prescriptions du Shang Han), « Jin Kui Fang Ge Kuo » (Poèmes des prescriptions du Jin Kui), « Chang Sha Fang Ge Kuo » (Poèmes des prescriptions de Changsha), « Jing Yue Xin Fang Bian » (Critiques des prescriptions de Jing Yue), « Ling Su Ji Zhu Jie Yao » (Commentaires Partiels de Livre Ling Su), « Nu Ke Yao Zhi » (Points Importants de Gynécologie), « Shi Yao Shen Shu Zhu Jie » (Commentaires de Livre Magique des 10 produits), « Shang Han Yi Jue Cuan Jie » (Explications en enfilade des prescriptions du Shang Han). Ces œuvres vont de l’initiation à l’apprentissage approfondi, contiennent la base théorique, les expériences cliniques et ses propres conclusions médicales. Son style d’écrit est à la fois simple et élégant, facile à retenir et pratique pour l’application, donc ils ont acquit une admiration générale. Les gens vantent ses œuvres en disant : « ses oeuvres ne sont pas complexes même si c’est long, et elles ne manquent aucun détail même quand il n’y a que des petites phrases. » Plus de cent ans passèrent, ses œuvres continuent d’être diffusé, et elles tiennent une place très importante dans le domaine de l’apprentissage de la MTC.
C’est pour toutes ces raisons qu’aujourd’hui il est très important de continuer à collectionner et réorganiser les œuvres médicales de Chén Xiū yuán. Nous avons choisi la meilleure version de ses œuvres, et collationnée, ponctué et ajouté les commentaires. Cette série est nommée « Version Collationnée des Livres Médicaux de Chén Xiū yuán », publiée par Maison d’Edition Fujian Science Technologie.
La MTC a eu beaucoup de ruptures pendant sa longue histoire. Mais cela n’empêche qu’il y eu beaucoup de grand-maîtres à chaque époque et que la théorie médicale ne cesse de se développer, les expériences médicales continuent à s’enrichir. Nous souhaitons que tous nos efforts pour la publication de cette série vous aideront à apprendre profondément et systématiquement la théorie et la conception médicale de Chén Xiū yuán, aussi à découvrir le chemin d’un grand-maître de MTC. Cette série d’ouvrages pourrait être une référence pour diagnostiquer et l’apprentissage de la MTC.
Cependant, il ne faut pas négliger qu’à cause des limites de la connaissance à son époque, Chén Xiū yuán suivit beaucoup d’anciennes opinions médicales. Parfois, il s’acharna contre ses confrères qui avaient des conceptions différentes. Donc il faut être très attentif quand vous creusez les œuvres médicales de Chén Xiū yuán.


Association MTC, Fujian Partie
Groupe de Collation des Livres Médicaux de Chén Xiū yuán.
Août 1981


__________________________

Juren (c’est un grade scolaire) Chen Xiu Yuan de Chang Le (Fujian Province) connut bien la médecine, il travailla comme chef du village Bao Ding (à cote de Beijing). Une fois il y a eu une inondation, on lui donna l’ordre de partir à Hengshan pour soigner des sinistrés. Il donna des prescriptions et cela fonctionna à chaque fois. Apres il rentra à sa ville natale pour l’enterrement de sa mère. Il lut beaucoup de texte classique des rites, le reste du temps il a écrit 2 livres, Poèmes des Prescriptions, et L’usage Stratégique des Prescriptions. Les bons médecins sauvent le pays, les anciens médecins comme Di Huai Yin, Lu Jin Yu, ils collectionnèrent et rédigèrent les prescriptions pour s’amuser, aussi pour sauver la vie des autres. Il est écrit dans Argumentation de Philosophie de la Nature : « Les médecins doivent être intelligents et sages, et que les patients ne doivent pas compter sur eux s’ils n’ont pas la charité, ne peuvent pas les croire s’ils ne sont pas intègres ». Chen Xiu Yuan propagea son savoir-faire et se soucia de la peine du peuple, en suivant le chemin de la génération précédente, ce n’est pas pour se vanter ou gagner sa vie sur son savoir-faire.

Le 22 décembre 1803, Zhao Zai Tian


_____________________________

Il y a 3 types de médecins : Premièrement, ceux qui connaissent bien le Ling Shu et les textes classiques de Zhang Zhong Jing. Ils soignent bien les patients avec leurs prescriptions, ce sont des médecins réputés. Deuxièmement, ceux qui se servent des livres de prescriptions qui datent d’après la dynastie Tang et Song pour traiter les symptômes indiqués, le plupart du temps ils réussissent a soigner les patients, ce sont des médecins praticiens. Troisièmement, ceux qui copient les traitements des ancêtres sans savoir la raison pour cacher leur ignorance, ce sont des médecins de la rue. C’est la différence entre les médecins. Mon ami Chen Xiu Yuan, il connaît bien la théorie médicale, donc il s’enferme chez lui, ponctue et collationne les textes classiques pour corriger les erreurs existés il y a des milliers d’années. Sachant qu’en ce moment les médecins réputés ne sont pas faciles à trouver, on ne peut pas compter sur les médecins de la rue non plus, il n’y a que les médecins praticiens qui ont du cœur pour d’aider et assister les autres. Quand il travaille comme fonctionnaire à Bao Yang, Chen Xiu Yuan a écrit 2 fascicules de Poèmes des Prescriptions, et 4 fascicules de L’usage Stratégique des Prescriptions et il me les a montré. J’ai lu et trouvé que c’est très bien écrit, ils ne sont pas compliqués même si les paragraphes sont longs, et il ne manque pas de détails même si les paragraphes sont brefs. Chaque mot chaque phrase est venue de soins assidus des ancêtres. Il suit le chemin des ancêtres et adapte la méthode pour l’usage d’aujourd’hui. Donc je l’aide à collationner et nommer Gong Yu Yi Lu (Les Dossiers Médicales de Chen Xiu Yuan). Je lui conseille de les publier, pour que tout le pays connaisse ses livres.

_________________________

Avant propos du SHI FANG GE KUO 时方歌括 "Poemes de prescriptions" ;

Les formules classiques ont une longue histoire ! Jusqu’après la dynastie TANG et SONG, commença l’époque de l’usage courant des formules actuelles.① Les grands principes sont comme « 10 formules » ②, ils sont XUAN (diffuser), TONG (drainer), BU (tonifier), XIE (évacuer), QING (alléger), ZHONG (alourdir), HUA (lubrifier), SE (astringent, comme Mu Li, Long Gu, etc…), ZAO (assécher), SHI (humecter). Les anciens sages rajoutèrent le HAN le froid, et RE la chaleur, au total on a 10 plus 2 formules. Même si c’est élémentaire, c’est la base des textes classiques. Alléger « Qing 轻 » permet de chasser la plénitude, comme dans les prescriptions MA HUANG TANG et GE GEN HUANG QIN HUANG LIAN TANG. Diffuser « xuan 宣 » permet de décongestionner, comme dans les deux formules où il y a ZHI ZI CHI TANG et SI DI. Drainer « tong 通 » afin d’activer la stagnation, comme par exemple WU LING SAN, SHI ZAO TANG. Evacuer « xie泄 » afin de chasser l’obstruction, comme par exemple XIAN XIONG CHENG QI TANG, CHENG QI TANG, DI DANG TANG. ZHU DAN ZHI DAO FA, MI JIAN DAO FA, lubrifient pour désobstruer (3). CHI SHI ZHI, TAO HUA TANG, sont des prescriptions astringentes pour retenir les syndromes de fuite (TUO). FU ZI TANG, LI ZHONG WAN sont des prescriptions qui tonifient pour soutenir la faiblesse. …YU LIANG, DAI ZHE SHI, sont des prescriptions lourdes pour apaiser la crainte. HUANG LIAN A JIAO TANG, est une prescription humectante pour la sécheresse.
MA HUANG LIAN QIAO CHI XIAO DOU TANG est une prescription asséchante pour chasser l’humidité. BAI HU TANG, HUANG LIAN TANG, XIE XIN TANG sont des prescriptions qui refroidissent afin de contrôler la chaleur. BAI TONG TANG, SI NI TANG sont des prescriptions qui réchauffent afin de contrôler le froid. J’ai collectionné beaucoup de formules médicales, ajouté des commentaires et transformé en article rimé, nommé ZHEN FANG GE KUO - Poèmes des Prescriptions Authentiques. A cause du manque de moyens, ce livre n’a pas pu être publié. Il existe beaucoup de copies, mais les médecins qui l’ont le gardent que pour eux-mêmes sans le faire circuler, c’est vraiment dommage. Je suis muté à Zhi Li (Province du He Bei) cette année. L’été il y a eu une grande tempête et cela a causé beaucoup de dégâts. J’étais envoyé pour voir les dégâts et les sinistrés. Trop de fatigue s’accumulait et j’étais tombé gravement malade, je m’évanouissait, perdais le pouls. Aucun des médecins n’eut trouvé l’origine pathogène de maladie. Jusqu'à tard la nuit, le Qi revint dans mon corps et je repris la connaissance. Je me fis une prescription pour me soigner, et je guéris enfin. Pendant tout ce temps, la malaria s’est propagée dans la région. Avec cette terrible expérience, j’ai énormément de pitié pour ceux qui n’ont pas eu de la chance avec les médecins ! Parce que les médecins sont là pour sauver la vie, mais quand ils se sont trompé, ils peuvent aussi tuer les gens. Je me mis à la médecine après les anciens médecins, parce que médecin est un métier qui peut réaliser leur ambition et leur charité pour aider les gens qui sont dans la difficulté. Dans le Poèmes des Prescriptions Authentiques, le livre que j’ai mentionné plus haut, on retrouve soit les prescriptions du NEI JING, soit ceux de Zhang Zhong Jing. J’ai bien peur que ce soit trop difficile pour les autres. Donc je me suis mis sur un autre livre. Chaque jour après le travaille, j’ai lu plus que 3000 prescriptions actuelles. Parmi lesquelles j’en ai choisi 108 prescriptions, elles sont correctes, praticables et sans risque. Ces 108 prescriptions, je les ai transformé en articles rimés, divisé par 12 grands principes pour faciliter la recherche. Apres chaque prescription j’ai ajouté les commentaires des ancêtres comme Luo Dong Yi, Ke Yun Bo, et aussi mes propres conclusions tenues par mon expérience clinique. Ce livre est nommé Poèmes des Prescriptions Actuelles, il est ciblé pour les médecins qui ont une expérience plus que moyen, pour les guider doucement vers une étape supérieure. Quant à Huit Champs des Nouvelles Prescriptions de Zhang Jing Yue, ce n’est qu’une collection de prescriptions diverses, il n’est pas vraiment des formules. Comme il est devenu à la mode, mon ami Lin Yu Xiang suit la mode et finit de le transformer en article rimé, en me demandant mes opinions sur les commentaires. Ensuite il l’a publié. Puisque c’est comme ça, je n’ai pas pus refuser, donc j’ai changé le titre en Poèmes des Prescriptions Populaires. La différence de niveau entre ces trois livres, ce n’est même pas la peine de le dire.

Chen Xiu Yuan, le juillet 1801 à Bao Yang


__________________________

_________________
Sebmtc - hán sài bó 韩赛伯
Mail: sebmtc@msn.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumsfi.forumzen.com
sebmtc
Admin
avatar

Nombre de messages : 120
Age : 43
Localisation : Annecy
Emploi : Médecine Chinoise
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: Mais qui était donc CHEN XIU YUAN ???   Jeu 2 Nov - 19:35:36

神农本草经读序

Préface

陈修园老友,精于岐黄之术,自负长沙后身,世医环而姗笑之。及遇危证,韁断桅横,万手齐束。修园往,脱冠几上,探手举脉,目霍霍上耸,良久干笑曰:“候本不奇,治之者扰之耳。”主人曰:“某名医。”曰:“误矣。”曰:“法本朱、张、王、李。”曰:“更误矣。天下岂有朱、张、王、李而能愈疾者乎!”口吃吃然骂,手仡仡然书,方具则又自批自赞自解,自起调刀圭火齐,促服之。服之如其言。
Mon vieil ami Chen Xiuyuan est très doué en médecine, il se surnomme l’ascendant de Zhang Zhong Jing (aussi nommé Zhang Chang Sha), les autres confrères lui rigolent au nez. Un jour il y eu quelqu’un de très malade, personne ne savait que faire. Chen Xiuyuan alla chez le patient, il laissa son chapeau sur la table, en suite pris son pouls. Au bout d’un moment il fit ses gros yeux en disant,
- Les symptômes sont assez clairs ! C’est celui qui le soignait avant qui a fait n’importe quoi.
- Pourtant c’est un docteur très connu.
- Mais pas du tout !
- Il disait qu’il suivait les grands œuvres de Zhu, Zhang, Wang, Li.
- C’est n’importe quoi. Vous croyez que tous ceux qui ont lu un peu les classiques peuvent soigner les gens ?
Il n’arrêtait pas de murmurer, en écrivant les ordonnances. Quand il eut fini d’écrire, il donna des notes pour expliquer tout en s’admirant. Sans tarder il prépara lui-même les médicaments et les donna au patient. Et bien sur le résultat fut comme prévu.

尝以李时珍《纲目》为谫陋者,有《神农本草经注》六卷,其言简,其旨赅,其义奇而不骩于正。其钩深索隐也,元之又元,如李将军之画,不肯使一直笔。其扃辟奥启也,仍复明白坦易,如白香山诗句,虽灶下老妪,亦可与知,觿解不可解而后解,及其解之了,不异人也。可谓金心在中,银手如断矣。 [Impossible de traduire la phrase en vert... HELP !]
Chen Xiuyuan trouve que le Gang Mu de Li Shi Zhen est trop superficiel. Il a écrit 6 volumes de Shen Nong Ben Cao Jing Zhu, le langage utilisé est simple, le but est clair, les significations sont assez nouvelles mais restent toujours correctes. Sa recherche est tellement approfondie qu’elle fait penser aux peintures du Général Li, pas un seul trait droit. Mais même si sa recherche est très approfondie, le langage est facile à comprendre. C’est comme les poèmes de Bai Ju Yi, même les femmes de foyer peuvent comprendre.

出山后,敛抑才华。每诊一病,必半日许,才出一方,有难之者,其言讷讷然如不能出。
Quand il sort de la montagne, il commence à retenir son talent. Chaque fois qu’il voit un patient, il prend au moins une demie journée pour prescrire des ordonnances. Quand il s’agit des symptômes difficiles à déterminer, il murmure comme s’il ne sait pas quoi faire.

壬戌冬回籍读礼,闭门谢客。复取旧著六卷,中遴其切用者,一百余种,附以《别录》,分为四卷,俱从所以然处发挥,与旧著颇异,名曰《本草经读》。盖欲读经者,读于无字处也。修园为余言,所著尚有《伤寒论注》四卷,重订《柯注伤寒论》八卷,重订《活人百问》八卷,《金匮浅注》十六卷,《医医偶录》二卷,《医学从众录》八卷,《真方歌括》二卷,《景岳新方砭》四卷,《伤寒论读》四卷,《金匮读》四卷,《医约》二卷,《医诀》三卷。虽依类立言,义各有取要。其阐抉古经之旨,多与此书相发明。暇日时予将遍读焉。
L’hiver de l’année 1802 il rentra dans son pays natal pour travailler sur les rites. Il s’enferma chez lui, ne reçut personne. Il reprit les 6 volumes de ses anciennes œuvres pour faire le tri. Il garda un peu plus de cent sortes de remèdes utiles, en ajoutant Bie Lu, séparé en 4 volumes, nommé Ben Cao Jing Du. Celui-ci est très différent de l’ancien volume. Peut-être tout ceux qui lisent les textes classiques savent lire entre les lignes. Chen Xiu Yuan me dit qu’il a aussi écrit 4 volumes de Shang Han Lun Zhu, corrigé 8 volumes de Ke Zhu Shang Han Lun et 8 volumes de Huo Ren Bai Wen, ecrit 16 volumes de Jin Kui Qian Zhu, 2 volumes de Yi Yi Ou Lu, 8 volumes de Yi Xue Cong Zhong Lu, 2 volumes de Zhen Fang Ge Kuo, 4 volumes de Jing Yue Xin Fang Bian, 4 volumes de Shang Han Lun Du, 4 volumes de Jin Kui Du, 2 volumes de Yi Yue, 3 volumes de Yi Jue. Ces œuvres sont penchés sur leurs propres centres d’intérêt, mais ce qui est ressemblant avec celui-ci, c’est qu’ils sont tous basés sur l’esprit des classiques. En prenant le temps, je vais tous les lire.



嘉庆八年岁次昭阳大渊献皋月既望,侯官愚弟蒋庆龄小榕氏序。
Par Jiang Qing Ling le 15 mai1803


Voilà les amis, c'est pas interressant tout ça ? Very Happy
Quel Homme ! sunny

_________________
Sebmtc - hán sài bó 韩赛伯
Mail: sebmtc@msn.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumsfi.forumzen.com
 
Mais qui était donc CHEN XIU YUAN ???
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sinoncologie - SFI - 肿瘤病 :: Chinois médical 中医学 :: Traduction de textes classiques.-
Sauter vers: